Réussir sa conférence de presse, les trucs et astuces d’un journaliste (Christophe Pluchon).

Car la concurrence est rude ! Chaque jour, les journaux, radios, télévisions, agences de presse et sites internet reçoivent par mail, courrier et téléphone, des dizaines de communiqués et d’invitations à des rendez-vous, sur une multitude de thèmes. Puis ils trient, vérifient et retranscrivent ces informations en fonction de leur ligne éditoriale, de leur zone de couverture, de la date prévue de l’événement, et, indirectement, de l’intérêt qu’y trouveront selon eux les lecteurs, les auditeurs et les téléspectateurs.

Le communiqué de presse et la conférence de presse ne sont pas les seules sources des rédactions. Les journalistes s’appuient sur un réseau qui les informe sur tel ou tel événement. Il leur arrive aussi de donner une portée régionale à un événement national (par exemple sur le vote d’une loi), de mener l’enquête sur une tendance de consommation, ou de dresser le portrait d’une personne ou d’une entreprise.

Avant d’adresser votre communiqué ou votre invitation aux médias, vous devez vous demander si vous serez capable de répondre à des questions imprévues ou embarrassantes, comme tout simplement donner des chiffres (nombre de salariés, nombre de visiteurs à une exposition précédente…), ou parler devant un micro à la radio, ou face à une caméra. La première impression, en effet, doit être la bonne et une conférence de presse ne s’improvise pas. Il en va de votre crédibilité pour la suite.

Si vous pensez que ce que vous faites est original et utile, ne restez pas dans l’ombre !

D’un autre côté, vous ne devez pas oublier que les médias ont besoin de « matière » pour remplir leurs pages ou leurs émissions. Dans certains cas, donc, vous êtes en position de force pour imposer votre sujet. Encore faut-il le vouloir…

Je cite souvent l’exemple de personnes méritantes qui donnent un coup de main, en toute discrétion, aux familles en difficulté. Si vous pensez que ce que vous faites est original et utile, que votre projet est mûr et qu’il vaut le coup d’être connu du public, ne restez pas dans l’ombre ! Vous donnerez peut-être le virus à d’autres personnes pour qu’elles contactent les médias et communiquent sur leur action.

Les journalistes ne retiendront peut-être pas l’invitation d’un magasin qui organise une exposition de peinture. Elle peut constituer, selon eux, un prétexte pour promouvoir gratuitement une activité commerciale, même si de votre point de vue, l’exposition anime le magasin et met en valeur un artiste.

Cette réflexion est en revanche moins discutable lors de la remise d’un chèque par une boutique à une association caritative, ou d’un prêt consenti par une banque à un jeune entrepreneur méritant dans le cadre d’un concours qu’elle organise. Les événements qui relèvent du champ de l’associatif et du social sont en général bien accueillis par les médias. Contactez une ou deux rédactions en cas de doute.

Soignez la rédaction et le contenu de l’invitation : c’est un gage de sérieux et de respect

Au lieu de visiter les organes de presse séparément pour diffuser la même information, la pratique veut que l’on demande aux journalistes et aux correspondants de se déplacer. Leur timing étant souvent serré, la durée d’une conférence de presse ne doit pas dépasser une heure, photos et interviews comprises.

Dans une invitation à une conférence de presse, vous n’annoncez pas simplement un colloque ou autre, vous demandez aussi aux représentants des rédactions de vous rencontrer pour en savoir plus sur votre événement. Soignez la rédaction et le contenu de l’invitation : c’est un gage de sérieux et de respect vis-à-vis de vos futurs interlocuteurs. Écrivez aussi de manière cordiale (bonjour, merci…) car les journalistes n’ont aucune obligation de participer à votre réunion. J’en profite pour rappeler une chose très importante aux yeux des rédactions : on ne convoque pas la presse mais on l’invite (vous êtes trop sympa, on viendra plus souvent !) Faire relire votre invitation par un tiers.

Je donne mon avis !
[Votes : 0 Moyenne : 0]

Christophe Pluchon Podcast et Coquographie

Journaliste radio sur RCF Finistère (ex Radio Rivages) depuis bientôt trente ans, collaborateur pour le réseau de femmes entrepreneuses "Femmes de Bretagne" et pour le magazine "Pages de Bretagne" de l'Établissement Public de Coopération Culturelle "Livre et Lecture en Bretagne". J'adore la radio et surtout le reportage, je lis des ebooks et je réécoute les vinyles de mon adolescence.

Voir tous les articles de Christophe Pluchon Podcast et Coquographie →