Virginie de Rocquigny : “Le Bel Espoir, c’est d’abord un outil, pas un objet de patrimoine ou de performance”

Voici l’histoire d’une aventure humaine, celle du Bel Espoir, ce bateau mythique du Père Jaouen à Lannilis qui est en cours de reconstruction. La nouvelle coque, en acier, a été livrée par les chantiers Piriou de Concarneau. Une quarantaine de stagiaires se relaie maintenant pour poser les planchers, isoler, et récupérer le maximum d’objets de l’ancien Bel Espoir. Ils ne sont plus toxicomanes ou délinquants comme à l’origine de l’aventure. Ils veulent simplement découvrir les métiers de la navale et trouver un cap à leur vie.

Lubellune est heureuse de travailler pour son avenir, et pas pour un patron. “L’AJD, c’est une hiérarchie de compétence” justifie Zycton, l’un des formateurs. Pour Mathilde, future matelot, le travail manuel n’est pas un truc de mec. “La mécanique, c’est moins physique que la voilerie” dit-elle. Toutes et tous réalisent leurs capacités à sortir des cases. La journaliste Virginie de Rocquigny trouve hyper-beau de voir des jeunes se métamorphoser, se découvrir. Elle consacre, avec le photographe de Douarnenez Nedjma Berder, un livre très documenté à la reconstruction du Bel Espoir, aux Éditions du Chasse-Marée.

Virginie de Rocquigny nous sert de fil rouge dans ce reportage audio de trente minutes à la rencontre des stagiaires et des formateurs de l’Association Les Amis de Jeudi Dimanche à Lannilis.

© Christophe Pluchon, radio RCF Finistère

YouTube player
Virginie de Rocquigny : “Le Bel Espoir, c’est d’abord un outil, pas un objet de patrimoine ou de performance”
Play
Play
Je donne mon avis !
[Votes : 2 Moyenne : 3]

Christophe Pluchon

Journaliste radio sur RCF Finistère (ex Radio Rivages) depuis bientôt trente ans, collaborateur pour le réseau de femmes entrepreneuses "Femmes de Bretagne" et pour le magazine "Pages de Bretagne" de l'Établissement Public de Coopération Culturelle "Livre et Lecture en Bretagne". J'adore la radio et surtout le reportage, je lis des ebooks et je réécoute les vinyles de mon adolescence.

Voir tous les articles de Christophe Pluchon →