La coopérative Finistesrestes 29 sauve les fruits et les légumes hors-calibre

Encore trop de fruits et de légumes finissent à la benne chez les producteurs, les transformateurs et la grande distribution parce qu’ils ont des défauts d’aspect qu’on peut enlever avec le couteau ou parce qu’à cause de leur taille, ils ne rentrent pas dans une caisse. Des pommes trop petites qui peuvent au bout du compte terminer leur vie en compote plutôt qu’à la poubelle, les grandes surfaces n’en proposent même pas.

Pour lutter contre ce gaspillage dont nous sommes tous responsables, la coopérative Finistesrestes créée par Karim Vincent-Viry vend à prix dérisoire ces fruits et ces légumes “accidentées de la vie” en cageot ou en sac, jusqu’en Loire-Atlantique. Il alimente les commerces qui valorisent la production locale ou qui peinent à survivre en campagne, et aide les familles à se nourrir sainement. Karim Vincent-Viry a ouvert des entrepôts et embauché des personnes en difficulté en CDI pour remplir les cageots de ces fruits et légumes déclassés.

Pour ce reportage sur Finistesrestes, nous avons rendez-vous à la Grande Pépinière à Quimper…

© Christophe Pluchon, radio RCF Finistère

YouTube player
Play
Je donne mon avis !
[Votes : 0 Moyenne : 0]

Christophe Pluchon

Journaliste radio sur RCF Finistère (ex Radio Rivages) depuis bientôt trente ans, collaborateur pour le réseau de femmes entrepreneuses "Femmes de Bretagne" et pour le magazine "Pages de Bretagne" de l'Établissement Public de Coopération Culturelle "Livre et Lecture en Bretagne". J'adore la radio et surtout le reportage, je lis des ebooks et je réécoute les vinyles de mon adolescence.

Voir tous les articles de Christophe Pluchon →