Aider la restauration collective à baisser son empreinte carbone, c’est l’objectif du programme européen Cool Food Pro. Trois partenaires français dont l’Université de Bretagne Occidentale et deux britanniques regardent comment changer le contenu de nos assiettes. Et ce n’est pas si simple d’influencer le menu, tous les convives n’étant pas logés à la même enseigne note Morgane Innocent, ingénieure de recherche à l’UBO.

La maison de l’agriculture biologique à Daoulas sensibilise au lien à la terre, ajoute Florence Busson, chargée de mission. Les emballages et les quantités, notamment de viande sont passées au crible, c’est le travail de Jean-Michel Lartigue, du laboratoire public Labocea, à Plouzané, car la viande en France, c’est culturel. Sa production génère beaucoup de CO2. La loi Egalim oblige pourtant à diminuer le gaspillage. Plus de bio, de local, de saison, et moins de gaspillage, d’emballage et de produits carnés, c’est donc l’objectif du projet Coll Food Pro pour la restauration collective

© Christophe Pluchon, radio RCF Finistère

YouTube player
Je donne mon avis !
[Votes : 0 Moyenne : 0]

Christophe Pluchon Podcast et Coquographie

Journaliste radio sur RCF Finistère (ex Radio Rivages) depuis bientôt trente ans, collaborateur pour le réseau de femmes entrepreneuses "Femmes de Bretagne" et pour le magazine "Pages de Bretagne" de l'Établissement Public de Coopération Culturelle "Livre et Lecture en Bretagne". J'adore la radio et surtout le reportage, je lis des ebooks et je réécoute les vinyles de mon adolescence.

Voir tous les articles de Christophe Pluchon Podcast et Coquographie →